Pars vite…. Bivouaquer

Selon Wikipédia, un bivouac  est un campement rudimentaire permettant de passer la nuit en pleine nature. Le bivouac est pratiqué lors de voyages à travers des milieux sauvages, ou lors d’activité de loisir comme la randonnée.

bivouac1

Personne ne connaît les étoiles s’il n’a pas dormi, selon l’heureuse expression française,  » à la belle étoile « . Il peut bien savoir tous leurs noms et distances et leurs grandeurs et demeurer pourtant dans l’ignorance de ce qui seul importe à l’humanité, leur bénéfique et sereine influence sur les âmes. Les étoiles sont la plus grande source de poésie. Stevenson.

Pourquoi se passer des joies du bivouac ? Comment oublier les nuits à la belle étoile ? Les bestioles qui se faufilent dans le duvet, les bruits étranges de la nuit … Et la rosée qui humidifie la moindre fibre de vos vêtements…

Petit tour d’horizon, des précautions à prendre, du matériel nécessaire pour bien profiter de ce moment intime avec la nature.

1. LE MATOS 

 Le sac de couchage :

Dans tous les cas, mieux vaut choisir un duvet un peu plus chaud, la température confort -5/0°C suffira. À poids égal, un sac de couchage en plumes offre plus de chaleur qu’un duvet en synthétique, mais il plus cher et sensible à l’humidité (Vous voilà prévenu !) .

Matelas ou tapis de sol de mousse: 

Aucun risque de réveil pour dégonflage intempestif avec le tapis de sol mais la nuit risque d’être rude. Orientez-vous plutôt pour un matelas auto-gonflant. Naturellement, c’est son épaisseur qui vous garantira la qualité du couchage et le degré d’isolation avec le sol (Qui n’est pas vraiment votre meilleur ami). N’oubliez pas le kit anti-crevaison.

Naturellement, en zone boisée, il y a le hamac… (Effet garanti, si vos compagnons de bivouac n’ont pensé qu’au duvet).

Tente ou Tarp ? 

Pour deux, un modèle de tente 2/3 places vous permettra de bénéficier d’une demi-place supplémentaire, qui sera la bienvenue pour le barda et surtout en cas de pluie. Idéalement, une tente trois saisons devrait vous permettre d’être (Presque) à l’abri.

Moins connu, plus extrême (mais vous êtes un aventurier si vous lisez ces lignes ?), le Tarp. Il s’agit tout simplement d’une toile synthétique que l’on monte à l’aide d’arceaux comme une tente, ou grâce à ses bâtons de randonnée.

Evidemment, pas de tapis de sol ou de double toit (Mais certains modèles haut de gamme peuvent en proposer). Un gain de place, de poids mais bien plus rustique. A réserver pour la belle saison …

 

tarp
Vous prendrez bien un bout de Tarp ?

N’oubliez pas de rajouter lampe frontale, couteaux multifonctions, réchaud à gaz, filtres à eau (ou pastilles) -pour éviter de trimbaler trop de bidons-, pelle…

 2. CHOISIR SON EMPLACEMENT 

Il n’est malheureusement pas possible de bivouaquer où bon vous semble. Domaine privé, distances à respecter, feu autorisé (ou pas) …

Article très complet sur le sujet sur Rando Malin

Par prudence, éviter de camper à proximité d’un troupeau, d’un cours d’eau dont le débit pourrait changer en cas d’orage, trop au bord de lac ou de plan d’eau ( 70 mètres pour protéger, en autres, la faune qui se rend aux points d’eau).
3. L’INSTALLATION 

Ne pas attendre que la nuit tombe pour préparer sa nuitée. Prévoir en effet, un petit temps pour enlever les pierres de l’emplacement. N’hésitez pas à rajouter quelques herbes sèches pour améliorer le confort. Placer l’ouverture de la tente à l’abri du vent, ce que vous ne regretterez pas lors de l’allumage (Parfois épique) du réchaud.
Si le temps se couvre ( Faut-il vous rappeler qu’il faut consulter la météo avant de partir ?), sortez la pelle pour creuser une rigole.

4. LE FEU 

feu
J’ai fait du feu !!

Attention, il est souvent interdit de faire du feu, donc prière de vous conformer à la réglementation en vigueur.

A l’abri du vent, nettoyer un petit périmètre, creuser une cuvette, poser des pierres autour et déposer brindilles, herbes sèches… Bref, faire du feu, geste ancestral et masculin ( Ceux qui ont déjà bivouaqué en couple savent de quoi je parle, dispute assurée en cas d’allumages difficiles).

De préférence, utiliser des foyers qui ont déjà servi. Et ne brûler que ce qui a pu être ramassé. Prolonger le feu pour n’obtenir que des cendres, éteindre chaque feu complètement et disperser les cendres refroidies.

5. AUCUNE TRACE NE LAISSERA

Evidemment, aucun déchets de toute sortes ( pour les grosses commissions, un trou de 15 à 20cm à reboucher,  hors sentiers et cours d’eau).

A vous maintenant de passer la nuit à la belle étoile et de déranger le moins possible ce qui vous entoure.

10 spots de Bivouac dans les Alpes 

Le Top des Spots de Bivouac par Géo

Pars vite … A la nuit des étoiles

Pars vite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s